Construction

Accueil Vue d'ensemble Construction Matériels Impression 3D Liens divers

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RETOUR HAUT DE PAGE

Exemple de construction de bac , rempli ultérieurement de terre. Construction des parois et du fond
en éléments béton de 5 cm.      Le fond ne va pas jusqu'au sol, il est posé sur d'autres parpaings de 10
parallèles aux murettes et entr'elles.    L'air circule dessous, et des câbles peuvent y passer.
Il y a environ 60 cm de hauteur de terre, avec drainage en fond de bac, et un arrosage automatique.

 

 

Les 3 murettes, posées au cordeau.
Les éléments à plat de la table.
Le tout en parpaings de 10 cm.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le chantier. Tous les corps de métiers avancent en même temps.

 

 

 

Commande
de L'arrosage
automatique.
De Gardéna.

La voie

C'est de la Tenmille, modèle pour l'extérieur.   Après 10 ans de mauvais traitements (intempéries),
elle est encore en bon état.          Elle est fixée par une centaine de vis inox, et chevilles "Crampon".
La fixation est obligatoire, car avec du ballast posé tout le long, il ne faut surtout pas qu'elle se soulève !
Les courbes sont légèrement relevées par adjonction de ciment-colle pour l'extérieur, appliqué sur la table.
Il faut que les traverses portent sur toute leur surface, afin de ne pas être cintrées par les vis de fixation.
Pour le réalisme, il faut faire des courbes avec le maximum de rayon. C'est très important.
Toutes les éclissent sont shuntées par des épingles en fil électrique de 1,5 mm², soudées à l'étain.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette voie est livrée non montée. Les profilés de rail sont droits, en 90 ou 150 cm.
Les traverses sont sous forme de blocs de 5, liées par deux pattes sous les rails.
Ces blocs se relient par une patte encliquetable, visible à droite. Ils sont de type "voie métrique".
Les profilés sont cintrés sur le ventre, aux rayons différents pour rail gauche ou droit.
Les photos montrent le travail à réaliser sur les blocs de traverses, afin qu'ils puissent suivre la courbe.
Les blocs sont ensuite enfilés sur les profilés.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pose des shunts d'éclisse.    Procédure : Mettre à nu la zone des soudures avec de la toile émeri,
un simple grattage ne suffit pas.   Percer deux trous en biais de diam. 1,5.   Réaliser l'épingle, avec sa boucle
de dilatation.   La mettre en place, couper ce qui dépasse et souder, en utilisant un fer d'au moins 250 W,
de la pâte décapante genre Hampton ou GEB, avant et pendant la soudure. La soudure doit se répandre
sur le rail. Toute soudure bombée ou en forme de boule est à refaire. C'est juste un collage.
Bien entendu, la position élevée du réseau facilite grandement l'opération.

La photo de droite montre un remplacement d'épingle. La boucle de dilatation s'étant cassée par le travail
des intempéries (il faut le faire !).   Ce procédé procure un bon passage du courant pendant des années.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le compas pour le traçage des courbes.
Le centre est en haut du piquet en alu noir,
Une ficelle y est attachée, et à l'autre bout,
un crayon rouge pour le traçage.
Détails du tunnel, et sa plaque de fermeture, en haut.
Les vides seront remplis de terre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A l'endroit du défilé et son pendant à droite, il aurait fallu placer une portion de droite d'au moins 50 cm.
Ce qui amène à conclure, que pour une disposition d'ensemble identique, le réseau devrait faire 9 m
de long, au lieu de 8. La voie est relevée dans les courbes, et certaines machines boitent en passant
courbe et contre-courbe sans partie droite (et donc plane), comme dans la réalité.

Dessin rapide
de la disposition générale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un autre montage à base de plaque de zinc.
Toujours sur pavés auto-bloquants.

Seules les pattes dépassent.
La plaque de zinc est travaillée à la cisaille
et par meulage. Très facile à faire et efficace.

 

Zone verte,
réalisée avec de la
moquette "gazon artificiel" de
chez Castorama. Très solide.

La rambarde, cas intéressant :
Elle est posée en angle de pavés
auto-bloquants, que l'on ne peut
percer sans dégâts.
Une plaque de zinc de même
forme que le gazon, est placée
dessous, avec des pattes au droit
des montants, percées, pour
recevoir les montants soudés
à l'étain. C'est net, solide,
et presque invisible.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résultat à obtenir :
Fixation rambarde et petit arbre.

 

 

Il faut s'adapter au contexte de l'endroit.
Entre deux éléments de pavés (il y avait un espace),
perçage du ciment-colle pour passage du tronc.
Découpe du zinc, pour s'encastrer dans la place libre,
perçage de trous Ø 2 mm au droit des piliers de la
rambarde, et un plus gros pour le passage du tronc.
Soudure de tiges laiton Ø 2 mm. Elles pénètreront
dans les piliers de rambarde qu'il faudra percer.
L'élément de moquette sera aussi percé.
On voit le montage complet sur photo de droite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résultat final dans l'ensemble du décor.     Ici, tout est "métrique".
Bien garder à l'esprit, qu'en faisant rouler sur ce genre de réseau, comme le train4570,
des trains du genre 2 normal (voie de 64 mm), du 2 métrique (voie de 45 mm),
ou du 1 normal bricolé en différentes échelles, le DÉCOR, lui, RESTE AU 1/22,5 genre 2
y compris les bâtiments, les personnages, les véhicules et animaux aussi, etc.

Fabrication de murs et murettes :
L'idéal, c'est d'utiliser des matériaux ne prenant pas l'humidité, pour résister au gel,
comme les carreaux de marbre, de recouvrement de paillasses de cuisines.
Ici, ils ont été largement utilisés, mais le Siporex aussi, malgré sa fragilité,
car il se travaille si bien, avec des rendus magnifiques. Mais il faut le protéger pour l'hiver.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fabrication du modèle ci-dessus

 

 

 

 

 

 

Modèles en marbre.    Ils ont double épaisseur, pour loger une tige de laiton, qui servira
à fixer le grillage par soudure à l'étain.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Disposition des éléments.

Ils sont façonnés
à la tronçonneuse
à disque diamanté.

Collage au ciment-colle
pour carrelage,
type "extérieur".

On voit le placement
des tiges de laiton.

Plus tard, les éléments sont collés sur la table en parpaings, et jointoyés.
Le surplus de ciment-colle est enlevé avec une éponge mouillée, avec précautions.
Le grillage une fois peint, on dirait un vrai mur ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le bloc de Siporex sera débité à la scie égoïne assez fine. Attention, le Siporex use les dents !

Une fois aux dimensions souhaitées, le bloc sera tracé au crayon, et rayé plusieurs fois
aux endroits voulus, avec un outil pointu, pour imiter le creux des pierres.
Peindre avec un mélange de peinture acrylique blanche + teinte souhaitée ( Peinture à l'eau ).
Trois ou quatre couches successives, sans attendre le séchage complet, pour que les couches se fondent.
La dernière recevra dans la foulée, un peu de teintes supplémentaires, par ci par là,  pour imiter les mousses.
Plus tard, après séchage complet, on passera utilement une couche d' hydrofuge (genre Conservado),
mais la protection n'est pas absolue ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les murs et le quai sont composés de briquettes réfractaires de foyers.
Leur forme et dimensions se voient sur le quai.
Les éléments des murs sont gravés à la tronçonneuse.
Le tout étant collé au ciment-colle.
Les fenêtres sont d'un seul bloc, découpé à la scie vibrante (matière plastique)
avec du rhodoïd comme vitrage.
La toiture est composée de planches de plastique peu dense, collées,
Pannes et chevrons en bois, collés et traités.
La couverture en feuille d'étanchéité de terrasse, avec comme faîtage,
deux éléments de laiton pliés et collés.           Elle est éclairée.           Elle a 10 ans.

 

 

 

 

 

Détails de la gare et du réservoir d'eau

 

Photo-souvenir du réseau ... Depuis, la barrière a été supprimée et remplacée par un mur.
La position d'éléments fragiles placés en périphérie du circuit est scabreuse. C'est trop vulnérable !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En tout, il y en a 15 d'installés, de 9 modèles différents. Exercice de style ...

La toiture a été surélevée (une partie rouge)
après l'achat de la Climax (1/20)
qui est très haute.

Le réservoir d'eau,
remis en peinture en 2010.
Ossature et échelle en cornières de laiton,
soudées ou vissées.
Tubes en cuivre.
Textes gravés sur plaques en dilophane
chez un graveur. Rien d'autre ne résiste.
Une couche d'apprêt spécial laiton
a été passée avant peinture finale.
Sur la face avant, il y a un éclairage
(visible ci-dessus)

L'auto-collant "Esso" a très bien résisté
aux intempéries.

Le fil que l'on voit monter,
c'est l'antenne de la radio-commande.
Les poteaux télégraphiques

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le modèle 4 est élingué (câbles)
Le 8 est un potelet.
Le 9 (dernier) est simple, avec
2 éléments de rail au pied.

 

 

 

 

Ici, ils sont fixés au ciment-colle.
Peinture :
Le haut et le bas, noir brillant,
pour imiter le goudron
de protection du bois.
Le fût, couleur vieux bois mat,
(brun + gris sombre, etc.
suivant sa fantaisie).